Accueil > Parcours Patient

Ce qu’il faut savoir sur la prothèse de hanche... après une opération.

La prothèse totale de hanche va vous permettre de retrouver un confort quotidien oublié...

Voici quelques réponses aux questions qui nous sont souvent posées sur les suite de l’opération.

Vais-je garder ma prothèse à vie ?

La chirurgie prothétique de la hanche bénéficie d’un recul très important et confère aux chirurgiens une expérience forte. On dit en règle générale qu’une prothèse totale de hanche dure 15 ans. Cependant, il n’est pas rare de voir des patients porteurs de prothèse indolore au-delà de 15 ans. Dans tous les cas, la durée de vie des implants prothétiques est liée encore à différents paramètres : l’intensité de l’activité physique du patient (en particulier certaines activités sportives avec impact), le vieillissement osseux, le surpoids, les accidents. C’est pour toutes ces raisons que le chirurgien choisit pour vous le modèle qui s’adaptera le mieux à vos conditions personnelles.

Il faut savoir que la prothèse de hanche se change totalement ou partiellement. Dans tous les cas, il est toujours recommandé au patient de visiter régulièrement son chirurgien pour des contrôles radiologiques. [1]

Aurais-je une grosse cicatrice ?

La longueur de la cicatrice varie de 8 à 15 cm. Le chirurgien choisit surtout l’accès le plus sécurisé à l’articulation en fonction de la corpulence du patient par exemple. Selon la voie d’abord pratiquée, la cicatrice peut être antérieure ou postero externe.

Quelles sont les complications possible sur les prothèses de hanche ?

Une complication est un incident post-opératoire susceptible de gêner le confort du patient et son retour à une vie normale.
Complications médicales : la plus fréquente est la thrombose veineuse (phlébite et embolie pulmonaire)
Plus rarement les complications mécaniques : luxation [2].
Hématome possible [3] (plus fréquent chez les patients sous anticoagulants et sujets à l’insuffisance circulatoire).

Le retour à une vie normale est-il rapide ?

Chacun son histoire, chacun son rythme mais la prise en charge des patients par notre équipe médicale a aussi pour but d’assurer un retour à une vie autonome et normale le plus rapide possible. Tout est fait pour que le patient reprenne confiance dans sa hanche dès les premières heures qui suivent l’intervention. Ainsi le lever et les premiers pas ont lieu le jour même de l’intervention. La hanche est fonctionnelle immédiatement mais le temps de cicatrisation doit être respecté. Il est donc préférable de suivre quelques conseils de précaution dans les premières semaines, conseils qui favorisent le confort du patient :
-  Dormir de préférence sur le dos
-  Privilégier un lit haut (pas de matelas par terre par exemple !) et dur
-  Préférer un siège haut et ferme (pas de pouf par exemple) qui n’oblige pas à une flexion importante de l’articulation
-  Prendre une douche plutôt qu’un bain et protéger le sol de la salle de bain des risques de glissement (tapis antidérapant)
-  Enfiler ses habits assis en commençant par le côté opéré
-  Se chausser en posant le pied sur un tabouret de 20 à 30 cm de hauteur
-  Les déplacements en voiture sont possibles dès le départ, en prenant garde de bien reculer son siège pour faciliter la montée dans la véhicule et la sortie.
-  La reprise de la conduite [4] est variable selon le côté opéré, de 2 semaines à 2 mois.

Sous quel délai pourrai-je reprendre mon travail ?

L’arrêt de travail est prescrit en fonction de la nature de l’activité professionnelle et des paramètres propres à chaque patient (âge, constitution physique, gabarit…).

Peut-on faire du sport avec une prothèse de hanche ?

La plupart des activités sportives sont possible. La marche, le cyclisme, la natation, le ski, le golf, l’équitation sont des activités tout à fait supportées avec une prothèse. Il convient uniquement de faire attention aux activités à risques traumatiques élevés comme les sports d’équipe, de combat et toute activité qui vous expose à des chocs dont vous ne maîtrisez pas l’intensité.

Peut-on avoir une activité sexuelle avec une prothèse de hanche ?

Bien-sûr. Là encore le temps de cicatrisation doit être respecté et dans les premiers temps il convient d’éviter les flexions importantes de l’articulation. Comme dans la vie quotidienne, vous reprendrez confiance dans votre hanche.

Article proposé par Philippe Deroche, chirurgien orthopédique à Dracy-le-Fort.

Lire aussi... "Ce qu’il faut savoir sur la prothèse de hanche... avant une opération."

Notes :

[1En savoir plus : En général une première visite se fait entre 1 et 3 mois selon les habitudes des équipes de prise en charge. Ensuite un contrôle est recommandé à un an, puis selon l’activité du patient, il lui est recommandé de faire un contrôle chez son chirurgien tous les 3 ans.

[2Autrefois la luxation était la première complication sur une prothèse de hanche. Aujourd’hui les progrès réalisés, d’une part sur le plan des abords chirurgicaux moins destructeurs, d’autre part au niveau du matériel implanté, ont considérablement réduit cette complication. Les abords et les implants auxquels les chirurgiens de Dracy-le-Fort ont recours pour leurs patients sont issus de ces progrès et tendent à faire pratiquement disparaître ce risque de luxation.

[3En savoir plus : Pour la mise en place d’une prothèse de hanche, les patients doivent être mis sous traitement décoagulant préventif, pour éviter les risques de thrombose veineuse, de phlébite ou d’embolie pulmonaire et afin que le sang s’écoule plus facilement. Il est normal qu’un patient qui vient d’être opéré même quand le chirurgien a procédé à une hémostase soignée présente une petite ecchymose autour de la cicatrice et un gonflement de la région opérée. Par contre, il faut surveiller le patient qui présente une véritable hémarthrose, c’est-à-dire un gonflement dans l’articulation ou un hématome interne. Cette complication est rare et souvent associée à une situation de réglage d’anticoagulants sur des terrains particuliers. Dans la majorité des cas, ces hématomes intra articulaires se résorbent sans besoin d’intervention.

[4Sur une prothèse de hanche gauche, dès que les points et le pansement ont été enlevés, c’est-à-dire dès 2 à 3 semaines, la reprise de la conduite peut se faire.
Sur une prothèse de hanche droite, la reprise de la conduite se fera à 2 mois. En effet, le pied droit est celui du frein. Or il faut compter en moyenne 2 mois pour retrouver une jambe agile et surtout en pleine possession de ses réflexes. Lorsqu’on a été opéré de la racine du membre, comme c’est le cas pour une PTH, on perd temporairement ses capacités de proprioception, c’est-à-dire la position du segment de membre dans l’espace. Il faut plusieurs semaines pour retrouver cette capacité nécessaire à la conduite en toute sécurité.